Réverbération et absorption acoustique

L’objectif de l’absorption acoustique est de réduire la réflexion acoustique.

On peut parler d’une mauvaise acoustique ­intérieure lorsque vous vous asseyez avec quelqu’un, par ­exemple dans un restaurant rempli, et que vous ne vous entendez même plus parler, et encore moins votre voisin de table. Lorsque des ondes acoustiques se propagent dans une pièce et rencontrent une surface, elles sont (­partiellement) réfléchies. Le son direct et le son réfléchissant se chevauchent.

Le degré d’absorption décrit la capacité d’un matériau à « digérer » les ondes sonores parasites, c’est-à-dire à les absorber. Il est évident que les surfaces « réver­bérantes » comme le stratifié, le carrelage ou les parois en béton, en verre et en bois absorbent moins bien le son que les surfaces « perméables aux sons » telles que les tapis.

Le temps de réverbération est la valeur la plus ancienne et souvent aussi la plus importante pour évaluer la capacité d’absorption d’une pièce entière. Il peut être calculé de manière complexe à l’aide d’une formule ou tout simplement mesuré. Le temps de réverbération est le temps pendant lequel le niveau de pression acoustique chute de 60 dB une fois la sonorisation terminée. Plus le temps de réverbération est court, meilleure est l’absorption.

Le temps de réverbération dépend essentiellement de la taille et de la forme de la pièce, de la nature des surfaces, du mobilier et de l’occupation humaine. Un cimat ambiant bien équilibré est important pour le bien-être et prévient la fatigue.

Quelques conseils pratiques pour minimiser le bruit

  • Déterminer le temps de réverbération

  • Mélanger les matériaux pour éviter les phénomènes locaux ; en utilisant des astuces architecturales au besoin (p. ex. images).

  • Éviter la présence de surfaces réfléchissantes parallèles (écho multiple)

  • Répartir judicieusement les éléments absorbants dans la pièce. Plusieurs petites surfaces au lieu d’une seule grande surface