Pourquoi une protection contre le bruit ?

Le bruit est un son nuisible et indésirable, bien plus qu’un simple bruit de fond gênant. La circulation, la technologie moderne, les appartements voisins, l’industrie et le commerce, les installations de loisirs et les évènements sont autant de sources de bruit. Cette évolution contraste avec le besoin de tranquillité de l’humanité. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’absence de bruit constitue même un droit humain ! Les bruits gênants réduisent la qualité de vie et réduisent la valeur d’un bien immobilier, d’un lieu de travail ou d’un employeur. Mais les effets négatifs du bruit ou des nuisances sonores sont divers.

  • Le bruit affecte le physique et le mental, pouvant entrainer de sérieux problèmes de santé.

  • Le son et donc le bruit sont perçus différemment selon les personnes.

  • Le bruit est le facteur de stress ambiant le plus courant aujourd’hui et peut nuire au cœur et la circulation sanguine.

On ne s’habitue pas au bruit ! – Seuils d’exposition au bruit

Afin d’évaluer et de limiter la pollution sonore, la législation sur la protection contre le bruit définit des valeurs de planification, des seuils d’immission et des valeurs d’alerte avec les mesures acoustiques corres­pon­­dantes pour différents types de bruit. Ceux-ci sont adaptés à la sensibilité au bruit de la zone exposée et sont plus faibles pendant la nuit. Les seuils d’exposition sont ancrées dans l’ordonnance sur la protection contre le bruit (LSV) et reposent sur la loi sur la protection de l’environnement :

  • Les valeurs de planification s’appliquent pour la construction de nouvelles installations génératrices de bruit et pour la séparation et le développement de zones de construction pour les bâtiments sensibles au bruit (appartements).

  • Les seuils d’immission définissent le seuil, à partir duquel le bruit perturbe considérablement le bien-être de la population. Ils s’appliquent aux installations bruyantes existantes et aux permis de construire pour les bâtiments sensibles au bruit (appartements).

  • Les valeurs d’alerte constituent un critère pour l’urgence des mesures de rénovation et l’installation de fenêtres insonorisées.

Quel bruit génère quelle pollution sonore?

La lutte la plus efficace contre le bruit concerne la source d’émission.

Insonorisation est du protection du milieu environnant

Les années passées le chargement acoustique du milieu est monté sur un niveau ce que beaucoup de monde ne tôlere plus. Etait la contamination de l’air le thème des ans 80, telle est la lutte contre le bruit le thème au début du 21ème siècle.

Avant-coureur de cela sont les discussions à cause les bruits de vols, d’autoroutes et de tirs, mais aussi les disputes augmentées à cause les bruits de voisins.

La population à la region urbanique d’europe deviendra toujours plus sensible contre le bruit, mais à beaucoup des lieux le niveau de bruit augmente en même temps.

Chaque personne a le droit du protection de bruit indésirable selon definition de l’organisation de la santé du monde. Ces exigences sont reduites selon article 15 à l’ordonnance d’insonorisation Suisse que le bruit n’a pas le droit de déranger considerablement le bien-être de la population.

De cette façon, se pose-t-elle, quel bruit comme considérable est ressenti dérangeant?

C’est le bruit de l’avion qui tonne autour de 6:00 heures dans le vol de bas sur la chambre à coucher ou c’est ronfler du même avion s’il nous apporte dans les vacances bien méritées? C’est le chant voisins autour de minuit dans sa salle de bains ou de la chanson d’un Amsel peu avant lever de soleil? Et ce qui s’appelle déjà considérablement?

Le bruit n’est pas seulement aussi cependant un facteur parasite, bruit causé frais économiques. À côté des frais de guérison directs comme conséquence des atteintes de santé (dommages d’audition, problèmes de cycle, infarctus du myocarde etc.) engendrent frais des pertes de production, évasion de bruit pour la population etc. estimations concernée des frais de bruit totaux partent de jusqu’à 2% du produit intérieur brut.

C’est donc le devoir de chaque planificateur, que ce soit dans le secteur de construction ou dans l’industrie des machines d’entreprendre tout le raisonnable, pour réduire le bruit pour la population sur une mesure supportable.

Pour des appareils, les coefficients d’émissivité doivent être réduits par des planchéiages sur la mesure nécessaire. Ceux-ci sont de revêtir absorbant, d’endiguer ou d’absorber. La solution optimale dans les produits combinaisons que deux ou trois effets provoquent en même temps, existe souvent.

Avec des bâtiments, par le choix de constructions appropriées, les valeurs d’immission doivent être réduites. La manière de construction légère représente avec cela un défi particulier. Pour améliorer le climat ambiant acoustique, l’attention accrue dans les secteurs utilisés régulièrement doit être accordée au temps de réponse.